Bourgougnague

Maire: Jean-Marie Constantin

Nom des Habitants: Les Bourgougnaguais

Nombre d'Habitants: 271

  •  
    Dans le sillage des invasions barbares du IV siècle, les Burgondes s’établissent sur le territoire et donnent leur nom à la commune. De cette époque, des pièces de monnaie en argent, pouvant provenir d’un dépôt funéraire, sont découvertes à l’emplacement d’un chêne abattu. Sur le territoire communal, se trouvent deux anciens lavoirs. Le plus vieux se situe dans la première Maison Familiale Rurale a ouvert ses portes en 937 à Bourgougnague. Elle est l’œuvre de l’abbé Granereau (1885-1987). Ce dernier fils de paysans ruminait l’idée d’une école adaptée au milieu de la vie du monde paysan. Il fait alors la connaissance dans les années 30 de Jean Peyrat, cultivateur et conseiller Municipal de la commune. Sous l’égide du Ministère de l’Agriculture, il créer un cours paysan ou il assure l’instruction générale et Jean Peyrat, lui a enseigné tout l’aspect agricole. À partir de 1968, la Maison Familliale Rurale d’installe dans le château de Jolibert. C’est en fait la première maison familliale d’apprentissage rural d’Europe. Voilà comment est né cet enseignement et comment s’est développé cette première école de formation qui prendra ses aises ensuite dans les années 70 au Château Jolibert de la commune.  À ce jour, l’école compte une centaine d’élèves qui suivent les cours par alternance.
    L’église de la commune possède un important clocher qui confrère l’essentiel de la silhouette à l’édifice. Le clocher donne à l’église un aspect massif, malgré l’élégance architecturale de l’ensemble. Il est construit en 1859 à partir d’une tour carré à deux étages déjà existante, grâce à un don de paroissiens.
    La commune conserve trois moulins sur son territoire dont celui de Parage, bâti sur une motte artificielle. Ce moulin de Parge prend la forme d’une tour cylindrique d’environ sept mètres de hauteur. Il est bâti en tuf, pierre locale, comme la plupart des bâtisses anciennes du pays de Lauzun. Il s’agit d’un moulin Agenais de type « gascon », facilement reconnaissable par son esthétique et son architecture caractéristiques qui changent peu depuis son apparition au XIIIème siècle.
     
    Aujourd’hui, l’économie de la commune est centrée autour de l’agriculture et de l’artisanat.
     
  •  
    Nom qui fait sourire ou qui étonne, Bourgougnauee est d’abord le nom de commune le plus long du département du Lot-et-Garonne. Il provient du latin “Villa Burgundia” ville des Burgondes, un ancien peuple qui s’y était établi au Ve siècle. En 1520, en langue romane, la commune prît le nom de bourgouhagas où Bourhouhnagas d’ou ensuite Bourgougnague. Dans son église Notre-Dame, il a été récemment découvert des fresques qui symbolisent les sept péchés capitaux avec des références au “Roman de Renard”.
  •  
    La flognarde aux pruneaux d’Agen
     Pour 5 personnes
     
    500 g. de pruneaux d’Agen,
    50 cl de lait entier,
    100 g de farine,
    100 g de sucre,
    3 œufs entiers,
    quelques zestes de citron.
     
     La veille, faire tremper les pruneaux dans un bol d’eau chaude ou dans de l’eau de vie toute une nuit. Le jour J, dénoyauter les pruneaux puis les mettre dans un plat allant au four.
    Préchauffer le four à 210˚ C (thermostat 7).
    Amener le lait à ébullition.
    Casser les œufs dans un saladier,
    ajouter le sucre, la farine, les zestes
    et bien fouetter l’ensemble jusqu’à ce que cela donne une mousse. Verser le lait tout en fouettant                                         
    puis en recouvrir les pruneaux.
    Enfourner pour 30 minutes de cuisson.                 
  • Mairie:
    Le Bourg
    47470 Bourgougnague
    Tél: 05 53 94 16 50