Cudos

Maire: Jean-Claude Dupiol

Nom des Habitants: Les Cudossais

Nombre d'Habitants: 657

  •  
    Les origines de notre commune sont mal définies. Mais elles remonteraient à une époque des plus reculées, puisqu’il existe plusieurs tumulus sur notre territoire qui datent de 3 à 4 000 ans avant Jésus- Christ. Occupée depuis l’antiquité, Cudos fut défrichée au moyen-âge par les moines cisterciens.
    Pour la période celtique et gauloise on nous rapporte que Cudus était le chef de la tribu d’origine celtique (peut-être forgeron !) il aurait donné son nom au village de Cudos.
    Le village situé à proximité de la route départementale 932 fait pour ainsi dire le trait d’union entre les deux communes les plus importantes du canton : Bazas et Bernos-Beaulac. Il s’étend sur un plateau sableux sillonné par plusieurs cours d’eau comme le Ciron et son affluent le Barthos
    La plantation d’arbres d’essences différentes et de haies bocagères, va permettre de créer une véritable harmonie de ce site et surtout un cadre de vie essentielle à la prospérité de chacun. Notre population est composée en grande partie d’exploitants agricoles, qui pratiquent la polyculture, l’élevage traditionnel et notre fi erté : la race Bazadaise dont la réputation n’est plus à faire. Au XIXe les pâturages sont très importants et donnent pour les moutonniers, venus des landes ou des Pyrénées, une zone propice à l’élevage vers 1950.
    À découvrir les deux églises, de Saint-Jean édifiée vers 1350 et fortifiée ultérieurement en 1868 avec la porte principale et son mobilier et une grille de communion en fer forgé du XVIIIe, ainsi que l’église Saint-Laurent-d’Artigueville qui est située dans une clairière de la lande girondine. Elle conserve un joli tabernacle et une statue du XIIIe siècle et deux toiles figurant, l’une la vierge à l’enfant, et l’autre Saint-Michel terrassant le dragon.
     Le château de Labeyrie de style néo-Renaissance qui abrite le centre d’études agricoles du Bazadais.
    Nous avons créé une zone artisanale qui permet d’accueillir les artisans de tous métiers qui souhaitent s’implanter dans un hors cadre des grandes villes, comme la Caisserie du Bazadais qui fabrique des coffrets et caissettes pour l’emballage des vins et produits fi ns dont la matière première est le bois de pin des landes. Les artisans locaux occupent aussi une partie importante du commerce local et apportent une dynamique à la vie du village.
    Pour développer notre tourisme, un plan de randonnées a été mis en place, pour retrouver le calme et la forêt. Chacun pourra y découvrir tous les charmes des palombières et prendre du repos dans les quelques chambres d’hôtes, dont l’accueil sera des plus chaleureux.
  • Ventre de veau à la Bazadaise
    Pour 4 personnes
    1kg de ventre de veau (chez le tripier),
    50g de jambon de pays,
    2 dl de graves blanc,
    100g de purée de tomates fraîches,
    1 oignon,
    3 échalotes,
    3 gousses d'ail,
    1 bouquet garni,
    1 noix de beurre,
    2 morceaux de sucre,
    2 cuillères à soupe de farine,
    sel et poivre.
     
    Préparation: 15 minutes
    Cuisson: 2 heures
    Coupez le ventre de veau en morceaux. Si le tripier ne l'a déjà fait, ébouillantez le 5 minutes, égouttez.
    Mettez les morceaux dans une cocotte avec le vin blanc, bouquet garni, sucre, sel poivre.
    Ajoutez de l'eau à hauteur, couvrez, et lassier mijoter 1 heure.
    Egoutter et gardez le jus. Dans une casserole, chauffez le beurre, faites revenir oigon haché, échalotes, ail et jambon. Poudrez de farine, mélangez 1 minute.
    Versez peu à peu le jus de cuisson du ventre en remuant, couvrez et cuisez 45 minutes. Ajoutez la purée de tomate et le ventre.
    Mijiotez 15 minutes.
    Servez avec des croûtons aillés. Servir avec un vin blanc des graves rafraîchi à 9°C.
  • Mairie:
    7, le bourg Ouest
    33430 Cudos
    Tél: 05 56 25 47 39