• Accueil
  • > Présentation du groupement

Le groupement des communes aux noms burlesques

Le groupement : une idée pas commune !

Au 1er Mars 2008, la France comptait 36 783 communes. Leur taille varie de l'infiniment petit, 1 ou 2 habitants, à la capitale qui compte plus de 2 millions de Parisiens.

Chaque commune a sa propre identité territoriale, sa propre histoire, liées souvent à plusieurs siècles d'existence. Les fondations de certaines communes remontent à la nuit des temps. Les vestiges encore visibles témoignent de cette richesse patrimoniale.

Et les noms burlesques des communes dans tout çà ?
Ils sont eux aussi chargés d’histoire, issus de brassage linguistique. Les communes aux noms burlesques, aujourd’hui , n’ont que des étymologies où l’approche de la racine linguistique s’impose de façon implacable. Rien de franchement désopilant, à tel point que les habitants de ces communes se reconnaissent d’abord dans l’origine du nom de leur commune, et là est l’essentiel pour eux, le reste n’est qu’interprétation, vu de l’extérieur.
Nous avons identifié un peu plus de 200 communes aux noms burlesques, chantants ou pittoresques. C’est peu, sur la totalité des 36 783 communes. La quasi-totalité de ces communes sont des villages de moins de 2000 habitants. En contrepartie, ces communes appartiennent au monde rural et présentent des populations homogènes sur plusieurs générations, ce qui renforce les liens entre la commune et ses habitants.
La quarantaine de communes de l’association sont réparties sur la quasi-totalité de l’hexagone et elles ont, toutes, des spécialités dont les trois quarts sont des produits liés à la gastronomie.
Ces communes qui ont choisi de se regrouper pour vous offrir un tour de France des terroirs, avec ce qu’ils ont de plus authentique. Une vitrine pour ces communes pour sortir de l’anonymat, de saisir cette occasion unique de profiter de leur nom, non pour être la risée de tous, mais bien au contraire pour se faire un nom.
 
Zoom sur le 36 783 communes
 
Il existe 6 communes sans aucun habitant. Il s’agit de villages rayés de la carte pendant la bataille de Verdun en 1916 et n’ont pas été reconstruits : Beaumont-en Verdunois, Bezonnaux, Cumières-le-Mort-Homme, Fleury-Devant-Douaumont, Haumont-près-Samogneux, Louvemont-côte-du-Poivre. 
 
Les communes les moins peuplées comptent 1 habitant à Rochefourchat (Drôme), 2 habitants à Le Ménil-Mitry (Meurthe et Moselle), et Rouvroy-Ripont (Marne).
 
La plus petite commune en superficie est Castelmoron-d’Albret (Gironde) avec 4 hectares pour 62 habitants.
 
Les communes aux noms les plus longs sont au nombre de trois avec 38 lettres chacune :
Saint-Rémy-en-Bouzemont-Saint-Genest-et-Isson ( Marne, 592 habitants)
Beaujeu-Saint-Vallier-Pierrejux-et-Quitteur (Haute-Saône, 739 habitants)
Saint-Germain-de- Tallevende-la-Lande-Vaumont (Calvados, 1731 habitants)